Projet pédagogique

Notre projet pédagogique prend racine dans nos constats de terrain. Tous les trois ans, l’AMO TCC Accueil produit un diagnostic social, issu de nos constats et de notre pratique sur le territoire d’Anderlecht.

NOTRE DIAGNOSTIC SOCIAL

.

Notre projet pédagogique :

Premièrement, nous partons du principe qu’une intervention, qu’elle soit individuelle ou communautaire, ne peut se faire que sur base d’une compréhension des jeunes, des familles et de la société dans laquelle ils évoluent. Dès lors, il devient possible de trouver de nouvelles manières d’être en relation avec le public que nous désirons toucher mais aussi d’élargir l’horizon afin de développer des projets de prévention divers en lien avec la réalité de la jeunesse actuelle. Pour ce faire, nous tenons des statistiques en ce qui concerne le suivi individuel et les permanences, nous privilégions les observations de terrain et nous étayons notre point de vue par des lectures ou des formations.

Deuxièmement, nous avons conscience que nous vivons dans une société où tous les éléments qui la constituent sont de plus en plus en interdépendance. Une proposition de changement qui se veut innovante ne doit dès lors pas être simplement un élément qu’on ajoute ou qu’on enlève. Il faut mener des actions conjointes au plus près de la réalité vécue et simultanément sur divers éléments qui permettent de faire bouger l’ensemble. C’est dans cette perspective que nous travaillons, tant au niveau individuel que communautaire, et que nous avons développé trois axes de travail, véritables pivots de l’ensemble de nos interventions : le jeune, la famille et l’école. En effet, pas de jeunes sans adultes et pas de jeunesse sans institutions (famille, école,…). Il est donc logique, par extension, que notre travail «d’aide à la jeunesse» prenne en compte la famille, notamment pour la raison de la dépendance de l’enfant à l’adulte mais aussi parce que c’est sur les parents que se repose l’enfant pour se construire identitairement et que ce dernier est sous leur responsabilité. Mais aussi l’école, au delà du seul fait que c’est un lieu de vie des jeunes, car elle fournit – en principe – une préparation aux rapports et aux rôles sociaux via l’éducation en vue d’une émancipation.

Nous insistons sur ces trois axes jeune/famille/école car nous pouvons tirer le constat, à travers nos permanences, nos projets (Animations dans les écoles, Point info,…) et nos lectures que tant l’école que les familles ne prennent pas en charge les moyens nécessaires aux buts qu’elles se sont données. En effet, les difficultés scolaires le sont par rapport au projet de l’enseignement de former des êtres autonomes et compétents. Les élèves en difficulté, que ce soit dans le cadre d’un renvoi ou d’un problème de décrochage scolaire, ont énormément de mal à trouver les ressources propres qu’on attend d’eux. Si certains jeunes y arrivent mieux que d’autres, c’est parce que ceux-ci ont intériorisé et se sont appropriés des ressources extérieures fournies par l’école et la famille.

Dans ce cadre, on constate que les jeunes qui poussent la porte de l’AMO ont énormément de mal à trouver les ressources propres qu’on attend d’eux au niveau scolaire, familial ou sociétal. Ces dernières leur manquent car soit on ne les leur a pas fourni ou ils n’y ont pas eu accès (raisons socioculturelles, économiques, psychologiques, de statut,…), soit ils ne les ont pas intériorisées (problème familial, problème scolaire,…).

La majorité du public que nous touchons ne bénéficie pas de ces ressources extérieures hors de l’école et, d’autre part, l’école ne leur permet pas de les intérioriser suffisamment car celle-ci s’axe sur l’apprentissage, à savoir le développement des ressources intérieures à partir de soi laissant les ressources extérieures hors du jeune. C’est pourquoi il nous paraît donc important d’articuler l’aide apportée aux jeunes à une action décisive en direction des familles, notamment à travers un travail de prise de conscience de la part des parents que leurs attitudes ne sont pas sans conséquences. Le travail avec l’institution scolaire a également du sens dans le cadre d’un soutien de l’articulation de l’école avec l’extérieur (famille et/ou institutions) pour l’habiliter ou la réhabiliter dans les missions nécessaires à son fonctionnement.

Dans le cadre d’un travail avec le jeune, nous prenons en compte les limites des notions telles que l’information, la transparence, la recherche de l’accord des parents tout au long de l’intervention individuelle. Ces étapes doivent être bien entendu suivies mais visent surtout à permettre d’engager une collaboration active avec le jeune, les parents et/ou l’école. Il est nécessaire de partager un travail de réflexion autour des difficultés du jeune en vue d’élaborer des représentations communes de la situation qui permettent de construire, avec – dans la mesure du possible – la participation du parent, un cadre d’intervention global qui dépasse les interventions ponctuelles du suivi individuel.

Si la famille ou l’école ne peut assurer un encadrement, nous devons veiller à trouver et à proposer des pistes extérieures qui permettent de compenser les ressources qui font défaut.

Troisièmement, nos actions reposent sur trois dimensions :

Une dimension pédagogique 

Cette dimension définit la part de nos interventions centrée sur des méthodes et des pratiques en vue de transmettre un savoir sur la réalité qui nous entoure. En d’autres termes, cela signifie notre volonté de rendre possible la transmission d’un savoir, la compréhension d’une situation, d’un rapport aux autres, par des méthodes adaptées à un individu ou à un groupe d’individus pour les aider à répondre, à solutionner, à transformer positivement des situations problématiques.

Une dimension éducative

Travaillant avec des mineurs, cette dimension prend toute sa signification dans la part de notre travail qui vise à tirer le jeune de l’enfance vers l’âge adulte. Elle détermine notre rôle de soutien aux parents mais permet aussi d’amener le jeune à se mouvoir dans notre société, d’en maîtriser les normes et les règles afin de devenir un sujet autonome.

Une dimension de socialisation

Cette dimension renvoie au processus d’apprentissage qui permet à un individu de faire partie d’une société et donc de s’inscrire dans une culture et une histoire. Le travail que nous proposons favorise le rapport du jeune au monde qui l’entoure, à sa famille, à ses pairs, à l’école tout en n’éliminant pas pour autant ses possibilités de changement social. Il ne s’agit pas de soutenir uniquement l’émancipation et l’autonomie des jeunes mais de leur donner les clés du monde dans lequel ils doivent évoluer et s’insérer.

*

Nous ne développons pas de projets d’accroche des jeunes au sein de nos locaux mais la spécificité de TCC Accueil AMO réside dans le fait que nous mettons en place des projets extérieurs (avec ou sans partenariat) en vue d’être au plus près des jeunes, des familles et surtout être dans leurs milieux de vie (l’école, l’espace public, la famille,…), proche de leurs préoccupations.

 

Les écoles

Le projet Anim’écoles à destination des écoles secondaires s’inscrit tant dans une logique de prévention que dans une perspective de présentation de l’AMO.

Pour l’équipe, il est intéressant d’intervenir dans l’école puisque c’est le lieu où les jeunes se trouvent en journée. N’accueillant pas d’activités à l’intérieur des murs de TCC Accueil AMO, l’équipe a trouvé pertinent de proposer des activités dans les lieux de vie du jeune, en l’occurrence l’institution scolaire, où il passe la majorité de son temps. Dans notre volonté de toujours lier école, famille et jeune, l’intervention en milieu scolaire prend tout son sens. Les jeunes que nous rencontrons lors des animations ou en permanence ont le sentiment d’être enfermés dans l’institution scolaire. Il est donc nécessaire qu’elle soit ouverte sur l’extérieur. Etant un service d’Aide à la jeunesse en  Milieu Ouvert, nous avons donc tout à fait notre place en tant qu’intervenant représentant le monde extérieur.

Nous travaillons de manière non frontale sur des thèmes qui touchent les jeunes au plus près de leurs réalités. Notre ligne de conduite lors de chaque animation dans les écoles est la suivante :

- Récolter les avis des jeunes sur ce qu’ils vivent.

- Amener une réflexion sur leurs situations.

- Favoriser le développement d’un point de vue.

L’intérêt est donc de travailler sur deux axes : la conscience du jeune d’être à la fois « comme les autres » et « un parmi d’autres ». Il s’agit de mettre en tension les deux éléments suivants: « Je donne une signification à mes actions » et « j’agis dans notre monde ».

Les animations sont axées sur deux plans : une présentation de l’AMO et une animation autour de thèmes variés qui reposent sur des constats. Chacune des thématiques développées a un sens dans notre cadre de travail. En l’occurrence, nous donnons la priorité à la prévention et à l’aide donnée au sein du milieu de vie.

Le travail social de rue

L’objectif premier du travail de rue est d’aller à la rencontre des jeunes sur les lieux qu’ils fréquentent et leur offrir une aide là où il n’y a pas de structures tout en essayant de les réorienter vers l’AMO ou d’autres services à même d’apporter une réponse à leurs besoins. De cet aspect résulte un enjeu préventif car la présence en rue offre la possibilité d’intervenir avant que les difficultés ne surviennent ou que la situation du jeune s’aggrave.

En plus de ces actions de proximité, le travail de rue permet d’occuper une place privilégiée d’observateur. Cette place nous donne accès à de nombreux aspects de la vie sociale des jeunes et de la population dans un quartier mais nous permet surtout de porter  un regard différent sur les problématiques vécues par notre public. Dans le cadre des autres actions menées par TCC Accueil AMO, ces observations et ce travail de terrain constituent des matériaux importants pour renforcer notre pratique, enrichir les projets en cours et  nous donner la possibilité d’adapter ces derniers.

Enfin, ce travail, associé à la cartographie, sert également à renforcer la visibilité du service auprès d’autres institutions mais aussi d’avoir un panorama des structures existantes qui se situent sur notre périmètre afin de faciliter le travail d’accompagnement social que nous réalisons au quotidien.

La petite enfance et la famille

Nous développons un travail de proximité avec les familles en partenariat avec d’autres institutions qui nous permet d’apporter un regard extérieur sur des situations problématiques et d’agir à la genèse même des difficultés éventuelles par le biais d’une aide individuelle, communautaire ou une orientation vers d’autres services.

Ce travail prend sa source dans l’importance que nous mettons à diagnostiquer des familles qui seraient en rupture avec la société ou qui se sentiraient isolées.

Point Info

Le Point info est un espace mobile d’information sur des sujets qui touchent les jeunes, les familles et l’école. Ce service est à la disposition des jeunes, des parents ou des institutions. Le Point Info peut se dérouler dans nos locaux mais également se déplacer dans une institution qui en fait la demande ou s’installer sur l’espace public. Dans une optique de formation, le contenu des informations est décidé en équipe sur base de notre expertise du terrain (suivi individuel et/ou animation) ou sur base de ressources extérieures (lectures, formations, personnes ressources,…). L’information est diffusée sur des supports différents en fonction des contenus et du public.

Les activités ponctuelles

Nous n’organisons pas d’animation en tant que telle mais notre travail de mise en relation avec les jeunes, les familles et les écoles nous amène parfois à proposer des activités pendant les temps libres sur base d’une demande ou d’une proposition émanant d’un jeune, d’un groupe ou d’une institution. Nous gardons donc la porte ouverte et l’oreille attentive pour accueillir ces demandes et les transformer en des animations porteuses de sens pour les participants.

*

Evaluation des projets

Chaque projet a un référent qui gère la préparation, l’organisation et l’évaluation des activités inhérentes à celui-ci. En effet, après chaque activité une évaluation est réalisée par l’équipe en charge du projet et présentée à la coordination pédagogique. L’ensemble des documents est répertorié dans la farde prévue à cet effet.

Toutes les semaines, les diverses informations (modalités d’organisation, planning, évaluations des activités,…) relatives à chaque projet sont transmises lors de la réunion d’équipe.

Deux fois par an, lors des supervisions institutionnelles, l’ensemble des projets est évalué par la coordination pédagogique sur base des deux types de fiches prévues à cette effet :

- la fiche projet : Elle pose le cadre du projet à travers la précision des constats, des objectifs, les ressources utilisées ou nécessaires, le planning,…

- la fiche d’évaluation : elle caractérise et situe le déroulement du projet a posteriori par l’évaluation de l’atteinte des objectifs qui ont été préalablement définis, par la prise de recul sur la méthodologie utilisée, par l’appréciation des résultats et des améliorations nécessaires.

 

Evaluation du suivi individuel

Trois temps pour trois objectifs différents :

Les réunions d’équipe

Chaque semaine durant la réunion d’équipe, l’équipe fait le point à partir du registre des demandes sur les dernières demandes, le traitement et le nombre de suivis par travailleur.

Les intervisions

Tous les quinze jours, lors de l’intervision la coordination pédagogique évalue le nombre et le suivi des dossiers. Avec l’équipe, un travail sur la  méthodologie du suivi individuel est également mis en place. L’équipe joue ici un rôle essentiel de médiation entre le travailleur et les situations rencontrées. L’intervision constitue un cadre indispensable à la régulation des incertitudes, des contraintes ou des difficultés pour permettre un développement des compétences des travailleurs.

Les évaluations personnelles

Tous les semestres, une évaluation individuelle de chaque membre de l’équipe est réalisée par la coordination pédagogique. Cette évaluation est confidentielle et s’intéresse à la place du travailleur au sein de l’institution, c’est-à-dire à son implication dans les projets, son rapport au suivi individuel, son intégration dans l’équipe et les pistes d’évolution qu’il propose. Cette évaluation est formative au sens qu’elle s’apparente à un processus d’accompagnement qui rend visible les variables en jeu dans le travail.